Bibliographie

Bancel Nicolas, « L’immigration fait partie de l’histoire de France », in Alternatives économiques n°30, 2006.

La France n’a pas encore vraiment intégré l’histoire de la colonisation, et surtout celle de l’immigration, dans son récit national. Or même si l’immigration n’est pas la simple prolongation de la colonisation, les deux réalités sont liées dans la mesure où la majorité des migrants sont aujourd’hui issus d’Afrique noire et du Maghreb.

Ritaine Evelyne, L’Europe du Sud face à l’immigration : Politique de l’étranger, PUF, 2005.

L’Union européenne devient un continent d’immigration : il y a là un enjeu social et politique majeur pour les années à venir. Certains des pays européens du Sud (l’Italie, l’Espagne, le Portugal) ont été longtemps terres d’émigration et ne sont devenus que récemment des régions d’immigration. Cet ouvrage s’attache à comprendre, dans une démarche comparatiste, ce qu’ils révèlent d’eux-mêmes au miroir de la question migratoire. Quels sont les rapports de force politiques qui déterminent l’interprétation de la présence étrangère ? Quels sont les éléments de culture politique qui permettent cette interprétation ?

Institut Panos France (ouvrage collectif), Histoires de savoir. Migrations, mobilité des compétences et développement, Karthala, 2004.

Au travers de vingt portraits écrits par six journalistes et universitaires, cet ouvrage témoigne de la vitalité des relations nouées par les personnes issues de l’immigration entre leur « pays de raison » et leur « pays de cœur ». Ces portraits sont autant de témoignages, de parcours de vie décrivant l’intimité d’une relation au cœur de laquelle se trouve posée la question de l’identité et de la pluri-appartenance, qui se révèlent comme les véritables moteurs des actions engagées

Dewitte Philippe, Deux siècles d’immigration en France, La Documentation Française, 2003.

Continûment depuis près de deux siècles, des hommes et des femmes du monde entier sont venus en France, ont participé aux combats pour la démocratie, aux mouvements artistiques, littéraires ou scientifiques, à l’expansion économique de leur pays d’accueil. Et aujourd’hui, un cinquième de la population hexagonale a un ascendant, aïeul ou bisaïeul, d’origine étrangère. Retracer cette histoire, ce n’est donc pas étudier les étrangers et les immigrés en France comme un objet isolé, sans influence sur le reste de la société, c’est au contraire revenir aux sources du « creuset français », c’est revoir notre passé à la lumière d’un constat trop souvent oublié : la France est une terre d’immigration

Bernard Philippe, Immigration : le défi mondial, Paris, Gallimard, 2002.

Sur la mappemonde des flux migratoires, l’Europe occidentale est l’une des destinations majeures, et la France particulièrement. Après l’échec des politiques diverses – « flux zéro », fermeture des frontières et autres projets à seule visée électorale -, aujourd’hui l’évidence s’impose : l’immigration est un défi mondial, qui met en jeu le passé colonial, les inégalités économiques entre continents, les conflits politiques, ethniques et religieux. Autant de raisons qui poussent des populations au départ, qui entretiennent les filières clandestines transcontinentales. 

Abdallah Mogniss H, J’y suis, j’y reste : les luttes de l’immigration en France depuis les années soixante, Paris, Reflex, 2000.

En sortant de l’ombre, les sans-papiers ont réaffirmé leur refus de la clandestinité et de la précarité. L’ouvrage revient sur ces temps forts. Il retrace au fil des luttes la continuité historique et les moments de rupture qui ont profondément transformé le visage de l’immigration, une réalité devenue incontournable dans la société française.

Gastaut Yvan, L’immigration et l’opinion publique sous la Ve République, Paris, Le Seuil, 1998.

Tout récemment, une enquête constatait que la xénophobie, en France, était en cours de régression dans l’opinion publique. Cette « pacification » française, à l’heure même où les thèmes de l’immigration et de la sécurité semblent monopoliser le débat public, est amplement vérifiée par les travaux d’Yvan Gastaut. Les heures noires du racisme, de l’hostilité violente à l’étranger, seraient derrière nous. Et opportunément, l’auteur s’est fait l’historien de cette évolution, depuis la décolonisation, les crises économiques, jusqu’à ce que la France accepte mieux sa diversité.

Schor Ralph, Histoire de l’immigration en France de la fin du XIXe siècle à nos jours, Armand Colin, 1998.

L’immigration a profondément marqué l’histoire de la France contemporaine. L’ouvrage retrace l’histoire de ce vaste phénomène, de la fin du XIXe siècle à nos jours, du point de vue démographique, économique, social, juridique, politique et militaire. Une attention particulière est accordée aux relations entre Français et immigrés, à la vie quotidienne, aux processus d’intégration, au poids de la conjoncture commandée par les alternances de prospérité et de crise, de paix et de guerre, de stabilité et de mutation. Cette étude rend intelligible la situation actuelle en éclairant la question complexe de l’immigration qui constitue l’un des problèmes fondamentaux de la société française.

Design : www.graphipro.com | Développement : equity