Memoire Combattantes

FILMS

James Reese Europe (1880-1919)

Biographie

James Reese Europe est né le 22 février 1881 à Mobile dans l’Alabama aux Etats-Unis. Au début du XXsiècle il est noir, musicien, chef d’orchestre, compositeur et participe à la diffusion d’une nouvelle musique le ragtime et le jazz. Reconnu comme l’un des meilleurs musiciens afro-américain, il est particulièrement célèbre pour un concert mémorable au Carnegie Hall en 1912. En 1917, lorsque les Etats-Unis entrent en guerre, il a 37 ans et s’engage au 15e régiment de la Garde Nationale de New York (NYNG), quasiment constitué que d’Afro-Américains. Il réussit à convaincre une cinquantaine de musiciens de s’engager avec lui afin de constituer un orchestre au sein du régiment. Comme il est chef de l’orchestre, le grade de lieutenant lui est attribué.

Il y a quatre cent mille noirs dans l’armée américaine, mais seulement cent mille vont être envoyés en France. L’Etat-major US estime que ces troupes doivent occuper des emplois de non-combattants dans l’intendance, le génie, le service des étapes. Il n’est pas question de mélanger dans les mêmes unités soldats noirs et soldats blancs. Toutefois, vingt mille afro-américains constituent deux divisions d’infanterie, les 92e et 93e DI qui pourraient participer aux opérations. C’est dans ce contexte racial que James Reese Europe arrive à Brest le 27 décembre 1917. Sous la pression des Français – motivés autant par des idées altruistes que par un réel besoin d’effectifs combattants – les Américains acceptent finalement que des régiments noirs soient envoyés sur le front à la condition d’être intégrés à des divisions françaises. Dans ce cadre, le 15e NYNG devient, le 15 février 1918, le 369e RIUS de la 16division d’infanterie française. L’orchestre de James Reese Europe, composé uniquement de soldats noirs, devient celui du régiment de la division. Les soldats du 369e sont surnommés les Harlem Helfighters et ont pour insigne un serpent à sonnettes. Le régiment, qui compte quarante et un officiers et mille neuf cent soixante-treize hommes, est engagé dans les opérations en Champagne de juillet à novembre 1918.

De sa période combattante, James Reese Europe à laissé quelques œuvres musicales aux titres évocateurs : On Patrol in No Man’s Land (1918) et All of No Man’s Land is Ours (1919) dont les paroles et la musique parlent de la guerre et l’illustrent dans un registre original. James Reese Europe fait de sa musique, au contact de la France, un message porteur des idéaux d’égalité et de liberté : le jazz est une arme contre la ségrégation. La vie de ce musicien hors pair et soldat combattif s’arrête tragiquement en 1919 : il est poignardé au cours d’une rixe par un des ses compagnons de guerre. Son corps repose au cimetière d’Arlington.

Liens Externes:



140x140
140x140

Le combattant afro-américain qui importe le jazz en France

Design : www.graphipro.com | Développement : equity