Memoire Combattantes

FILMS

Josephine Baker (1906-1975)

Biographie

Freda Josephine McDonald est née le 3 juin 1906, à Saint-Louis dans le Missouri. Freda, toute petite, se fait remarquer par ses capacités à danser et à chanter. Elle s’engage très jeune dans une troupe qui sillonne les États-Unis et rencontre Willie Baker qu’elle épouse en 1921 et qu’elle quitte très vite pour tenter sa chance à New-York : Broadway la fait rêver et elle est sûre de son talent.

Changeant souvent de compagnie, elle se fait connaître, à moins de 20 ans par le spectacle La Revue nègre au théâtre des Champs Élysées à Paris alors qu’elle a à peine débarqué à Cherbourg (le 25 septembre 1925). Elle danse vêtue d’un simple pagne de bananes sur un rythme encore inconnu en Europe, le charleston. Vedette de music-hall dans le Paris de l’entre-deux-guerres, star internationale, elle obtient la nationalité française en 1937. Sa notoriété est ambiguë ; son talent est immense mais elle fait aussi rêver les hommes par son corps noir et dénudé, son sens de la liberté, ses idées émancipatrices… Cette liberté est aussi associée à un certain patriotisme et un réel amour pour la France. Pendant la Drôle de Guerre (1939), elle participe au Théâtre aux Armées et chante pour les soldats « J’ai deux amours »… Après la débâcle de juin 1940, elle est sollicitée par un officier du service des renseignements gaulliste pour rejoindre la Résistance et devient dès novembre 1940, un agent de la France libre. Joséphine Baker use tout d’abord de sa notoriété pour recueillir de précieuses informations pour la Résistance dans les dîners mondains et les night-clubs fréquentés par les officiers de la Wehrmacht. Sous couvert de ses activités artistiques, elle part ensuite en 1941 à Alger avec pour mission de recueillir des renseignements. Après le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord, elle s’engage dans le Théâtre aux Armées alliées d’Algérie pour soutenir les combattants. Le 6 juin 1944, elle faillit disparaître dans un accident d’avion près de la Corse, libérée depuis septembre 1943. Joséphine Baker intègre officiellement le 23 juin 1944 l’armée de l’air avec le grade de sous-lieutenant et va suivre auprès du général de Lattre de Tassigny d’abord l’Armée B qui débarque en Provence puis la 1ère armée française en offrant concerts et spectacles.

Décorée le 6 octobre 1946 de la Médaille de la Résistance puis le 18 août 1961 de la Légion d’honneur, elle est aussi titulaire de la Croix de guerre avec palme. Décédée le 12 avril 1975 après un dernier succès à Bobino à Paris, elle reçoit les honneurs militaires avant d’être inhumée, le 15 avril 1975, à Monaco.

Liens Externes:



140x140
140x140

Une résistante-artiste au service de la France Libre

Design : www.graphipro.com | Développement : equity