Memoire Combattantes

FILMS

Mohammed Lakhdar Toumi (né en 1914)

Biographie

Né en 1914 à Tiaret, dans le département d’Oran, en Algérie, Mohammed Lakhdar Toumi reste dans les mémoires pour son engagement dans la résistance contre les Nazis. Son idéal de liberté et son refus du totalitarisme le portent à intégrer très jeune les Jeunesses communistes (JC). En 1936, il gagne la France, alors plongée dans le Front populaire, s’y marie avec une Française tout en continuant à militer pour les JC. Trois ans plus tard, suite à la défaite de la France et à l’instauration du régime de Vichy, dans une logique de collaboration, Mohammed Lakhdar Toumi décide de rejoindre la Résistance. Il participe à plusieurs sabotages dans la région parisienne, notamment à Saint-Ouen dans l’usine Lavalette-Bosch où il travaille. Face aux risques de représailles, Mohammed Lakhdar Toumi passe dans la clandestinité et intègre les Francs-tireurs partisans (FTP) français de Paris, qui constituent des groupes de combat communistes. Recherché par la Gestapo, Mohammed Lakhdar Toumi est arrêté à Joinville le 30 janvier 1943. Enfermé à la prison de Fresnes, il est torturé puis déporté en juillet au camp de concentration alsacien de Natzweiler-Struthof.

En septembre 1944, Mohammed Lakhdar Toumi est envoyé à Dachau, camp situé à une quinzaine de kilomètres de Munich. Il parvient à survivre jusqu’à la libération du camp par les troupes américaines le 29 avril 1945. Plus de soixante-sept mille prisonniers étaient alors enfermés dans le camp principal et ses annexes. Loin de renoncer à combattre, il rejoint immédiatement les Forces françaises de l’intérieur (FFI), avec le grade de sergent. La guerre terminée, son idéal de liberté le porte à prendre fait et cause pour l’indépendance de l’Algérie ; ce qui lui vaut d’être emprisonné en novembre 1954 en raison de sa participation au soulèvement de la Toussaint rouge (1er novembre 1954) au cours de laquelle près de soixante-dix attentats sont commis. Mohammed Lakhdar Toumi n’est libéré qu’en 1961. Pour ses compagnons de combat, il demeura un grand résistant déporté et un syndicaliste membre de l’Union générale des travailleurs algériens, proche du Front de libération nationale (FLN) qui demeure, aujourd’hui encore, la principale force politique en Algérie.

Liens Externes :



140x140
140x140

Grand résistant, un grand militant pour la Liberté en France pendant la Seconde Guerre mondiale et en Algérie.

Design : www.graphipro.com | Développement : equity