Expositions

Le football comme facteur d’intégration : Michel Platini, sport et immigration au coeur du football européen.

« [...] la figure de Platini redonne aux trois ou quatre millions de Français qui, dans les années 1980, comptent parmi leurs ancêtres immédiats une personne née dans la péninsule, une plus large visibilité à leur histoire, celle de l’immigration italienne. »

Stéphane Mourlane, 2003

« Le foot a toujours été un lieu privilégié dans les quartiers populaires. À mon époque les immigrés étaient italiens. Nous vivions la même chose qu’aujourd’hui. Mon père s’est occupé du club de Jœuf pendant trente ans, à une époque où ce n’était pas facile. Avec les “Ritals” et ce côté un peu difficile de l’intégration. Le foot n’a jamais cessé d’aider les jeunes à se trouver des passions pour qu’ils vivent mieux leur vie.

Ceux qui ont parlé de la France black-blanc-beur étaient en retard de trente ans. La France est depuis longtemps black-blanc-beur. En 1998, j’ai été choqué par ce discours. Je me suis dit : “Tiens, des gens ont découvert que la France était comme cela.” Ces personnes-là ne regardent pas beaucoup autour d’elles. Les considérations des Français sur les immigrés n’ont pratiquement pas changé depuis cent ans. […] L’histoire du foot est intéressante à observer. Quand on regarde les quatre ballons d’or français, c’est exactement l’histoire de l’immigration en France. Il y a d’abord Kopa, Platini et après Papin puis Zidane. Cela recoupe parfaitement les époques de l’intégration des étrangers en France. En 1998, la France était black-blanc-beur depuis au moins vingt ans. »


Photos
bleu-europeens.indd
bleu-europeens.indd
expo3
Design : www.graphipro.com | Développement : equity