Bibliographie

Bancel Nicolas, “Le sens des mots et usages de la photographie anthropologique (1860-1900)”, in<i> Hommes et migrations,</i> n°1252, 2004.

Bancel Nicolas, “Le sens des mots et usages de la photographie anthropologique (1860-1900)”, in Hommes et migrations, n°1252, 2004.

La colonisation a fait émerger un vocabulaire spécifique, que ce soit dans les territoires colonisés (invention d’un champ lexical lié à la situation coloniale). L’auteur s’intéresse, dans cet article, plus particulièrement aux cartes postales “Scènes et types”, produites de 1860-1900. Il s’agit d’un corpus comprenant plusieurs centaines de photographies, hétérogènes, constituant à l’époque “des collections visuelles des différentes “races humaines” délimitées par l’anthropologie.”

Blanchard Pascal, “De la cage aux images. Du sauvage du zoo humain aux indigènes de l’empire, stéréotypes et clichés”, <i>Presses universitaires de Blaise Pascal,</i> 2004.

Blanchard Pascal, “De la cage aux images. Du sauvage du zoo humain aux indigènes de l’empire, stéréotypes et clichés”, Presses universitaires de Blaise Pascal, 2004.

Description du statut de l’indigène, et de la vision européenne de celui-ci. Le phénomène des « zoos humains » (spectacles ethnographiques au cours de la période coloniale) et la construction de l’Autre-exotique pénétrant progressivement le sens et la sensibilité commune en Occident.

Blanchard Pascal, “Déshabillez-moi”, <i>Africultures</i>, juin 2004.

Blanchard Pascal, “Déshabillez-moi”, Africultures, juin 2004.

Article de la série Black Logo. Étude sur le nombre croissant d’affiches publicitaires utilisant l’image de la femme noire ou métissée, “comme si pour libérer la femme noire, il fallait déshabiller son corps”, dans un contexte où le débat sur le port du voile est toujours source de polémique. Étude sur cinq affiches publicitaires de marques telles que Chantelle, Éminence, ou encore Ushuaïa.

Lien : www.africultures.com

Bancel Nicolas, “La stigmatisation de “l’étranger” : un phénomène européen”, in <i>Hommes et migrations</i>, n°1241, 2003.

Bancel Nicolas, “La stigmatisation de “l’étranger” : un phénomène européen”, in Hommes et migrations, n°1241, 2003.

L’histoire coloniale des pays européens alimente l’image négative que se font les nationaux des immigrés. Pour autant, la criminalisation de l’immigration n’est pas moins forte dans les pays sans passé colonial. De façon univoque, cette perception de l’ »immigré délinquant » repose, partout en Europe, sur des présupposés affirmés d’autant plus fortement que les données statistiques ne les confirment pas.

Blanchard Pascal, “Forcément, c’est attirant…”, <i>Africultures</i>, 2003.

Blanchard Pascal, “Forcément, c’est attirant…”, Africultures, 2003.

Article de la série Black Logo. Analyse d’une publicité récente, mettant en scène trois femmes, se prélassant sur une voiture. La publicité, proposée par Opel, fait référence à la prostitution, qui, est en fait synonyme de trois origines : “Africaine”, “filles de l’est”, et “brésiliennes”. Analyse de la publicité, et de sa réception par le public.

Daeninckx Didier,<i> Le retour d’Ataï</i>, Editions Verdier, 2002.

Daeninckx Didier, Le retour d’Ataï, Editions Verdier, 2002.

Lorsque Gocéné pose le pied sur le sol de la « métropole », trois quarts de siècle après son premier séjour forcé, lors de l’Exposition coloniale de 1931, il sait seulement qu’il est venu pour honorer un engagement. Et si, à ce moment précis, on lui posait la question de savoir ce qu’il compte faire à Paris, il répondrait qu’il vient chercher un frère kanak dont la trace s’est perdue cent vingt-quatre ans plus tôt, et qu’il compte bien le ramener parmi les siens. Aux côtés du héros de Cannibale, le lecteur découvrira une fois encore comment la réalité historique prend parfois de surprenantes allures de fiction.

Razac Olivier, <i>L’écran et le zoo ; l’exhibition du corps humain : de l’explosion coloniale a Loft story,</i> Éditions Deoel, 2002.

Razac Olivier, L’écran et le zoo ; l’exhibition du corps humain : de l’explosion coloniale a Loft story, Éditions Deoel, 2002.

À la fin du XIXe siècle, un nouveau genre d’animal trouve sa place dans les zoos occidentaux : l’homme «sauvage» d’Afrique, d’Océanie ou d’ailleurs. Dans un décor de cases et de palmiers, Pygmées et Canaques sont exhibés au public. Ce qu’on attend de ces corps domptés et enfermés derrière des grilles, c’est justement d’offrir le spectacle d’une nature intacte. Des zoos humains d’autrefois aux shows télévisés d’aujourd’hui, des expositions coloniales à Loft Story, Olivier Razac met au jour une étrange proximité.

Badou Gérard, <i>L’énigme de la Vénus Hottentote,</i> Éditions Petite Bibliothèque Payot, 2002.

Badou Gérard, L’énigme de la Vénus Hottentote, Éditions Petite Bibliothèque Payot, 2002.

Jeune « Sud-Africaine » aux formes hallucinantes, elle est arrachée à sa terre natale par deux escrocs qui, en 1810, vont l’emmener à Londres puis à Paris pour l’exhiber comme une bête de foire. Récupéré par les savants, dont l’illustre Cuvier, son corps difforme fait l’objet d’un moulage exposé au Muséum puis au musée de l’Homme jusqu’à la fin des années 1970. Mais voici qu’en 1994, l’ethnie khoisan réclame la restitution de ses restes. Il faudra des rebondissements dignes d’un roman et le vote d’une loi pour qu’enfin ils soient officiellement remis à l’Afrique du Sud le 29 avril 2002.

Blanchard Pascal, “Le corps de L’indigène”, in <i>Le corps dans tous ses états</i>, CNRS, 2002.

Blanchard Pascal, “Le corps de L’indigène”, in Le corps dans tous ses états, CNRS, 2002.

En France, la propagande coloniale « officielle » s’est attachée tardivement à tenir un discours par l’image sur le corps de l’« exotique » issu de son Empire. D’ailleurs, on peut même s’interroger sur l’existence proprement dite d’un regard officiel de l’Etat français sur le corps du colonisé. En tout premier lieu, replaçons cette problématique dans le contexte colonial d’alors.

Bancel Nicolas, “Stigmates. Archétypes coloniaux”, in <i>La Mazarine</i>, n°15, 2001.

Bancel Nicolas, “Stigmates. Archétypes coloniaux”, in La Mazarine, n°15, 2001.

L’évolution des archétypes de l’indigène, image structurée et instrumentalisée, fondement de la pensée coloniale française. Elle se base sur des données et études “pseudo-scientifiques” et juridiques.

Design : www.graphipro.com | Développement : equity