Memoire Combattantes

Bibliographie

Robert Belot, Les résistants : l’histoire de ceux qui refusèrent, Larousse,2014

Dans ce livre, comprenant nombre de documents inédits, Robert Belot avec l’aide d’Éric Alary et Bénédicte Vergez-Chaignon raconte l’épopée des « hommes de l’ombre »

Francesco Correale, La Grande Guerre des trafiquants : Le front colonial de l’Occident maghrébin, L’harmattan, 2014

L’auteur a choisi d’évoquer un phénomène mal connu mais largement relaté par les sources coloniales : la “contrebande d’armes”. Micro-histoire de la Première Guerre mondiale dans l’Ouest maghrébin, cet ouvrage montre l’importance des individus dans les mouvements de résistance et dévoile le rôle des apports en hommes, armes et argent envoyés par les Allemands et leurs alliés ottomans. A cette époque, l’occupation coloniale de cette partie de l’Afrique est loin d’être réalisée, et personne ne saurait affirmer qu’elle sera vraiment menée à terme

Peter Englund, Vingt destins dans la Grande Guerre : la beauté et la douleur des combats, Editions Points, 2014

Peter Englund donne à voir le quotidien et le destin de vingt hommes et femmes de toutes nationalités au cœur de la Première Guerre mondiale. Si presque tous vont vivre des événements dramatiques et effroyables, Peter Englund met l’accent sur les caractères, les sentiments, les expériences et les atmosphères. En se fondant sur les témoignages qu’ils ont laissés, il parvient à ramener un événement historique majeur à sa plus petite composante, sa particule élémentaire : l’individu et ce qu’il a vécu.

Pascal Le Pautremat, La Grande-Bretagne dans la Grande Guerre (1914-1918). D’Ecume et de Sable, d’Argile et de Sang. Editions SOTECA/Belin, collection « Les Nations dans la Grande Guerre », 2014

Soucieuse de préserver son rayonnement international, et notamment son Empire colonial, déterminée à sauvegarder sa puissance commerciale et financière, la Grande-Bretagne se résout à entrer en guerre contre l’Allemagne. Les premières années du conflit témoignent de l’implication d’une armée professionnelle, rapidement affaiblie par les pertes essuyées sur les champs de bataille. A partir de 1916, la conscription est adoptée et voit intervenir de jeunes soldats peu aguerris confrontés à l’atrocité des combats. Les Britanniques témoignant d’un effort collectif entre résignation et jusqu’auboutisme dans la lutte engagée contre l’Allemagne.

Buffetaut Yves, Atlas de la Première Guerre mondiale. La chute des empires européens, Éditions Autrement, Collection Atlas / Mémoires, 2014

Plus de 80 cartes et infographies pour comprendre une période charnière de l’histoire du monde : la Première Guerre mondiale. La Grande Guerre, traitée dans sa dimension internationale, des combats en Europe aux tensions au Moyen-Orient, en passant par les révolutions russes et l’implication des Etats-Unis. La Marne, les Dardanelles, Verdun, la Somme : le déroulement des grandes batailles qui ont marqué la guerre. La chute des empires, la création de nouveaux Etats, les rapports entre vainqueurs et vaincus sèment les germes du prochain conflit mondial

Chantal Antier, Christian Le Corre, Les soldats des colonies dans la Première Guerre Mondiale, Editions Ouest France, 2014

Les affrontements entre les grandes puissances, France, Angleterre, Allemagne, sont à peine terminés dans les colonies lorsque la Première Guerre mondiale éclate en août 1914. Bien qu’insuffisamment pacifié, le grand Empire colonial français se révèle comme un réservoir de main-d’oeuvre, sur l’avis du colonel Mangin, spécialiste de la «Force noire». Ce livre tente de faire revivre cette période de la Grande Guerre menée victorieusement par les Français et les Alliés grâce aux soldats des colonies.

Jean-Yves Le Naour, 177, ces Français du jour J, Fayard, juin 2014

Ils sont 177. Venus des quatre coins du pays, ils sont bretons, basques, alsaciens, normands, français de Tunisie, de Nouvelle-Calédonie et d’ailleurs. Ils sont différents, et pourtant semblables, tous mus par le même idéal : vaincre l’Allemagne nazie et libérer la patrie. Mais pour devenir Béret vert, ils doivent en passer par un entraînement exténuant sous l’égide du commandant Kieffer, au terme duquel les moins valeureux sont impitoyablement éliminés. Moqué à cause de son allure juvénile, René Rossey a dû mentir sur son âge pour pouvoir rejoindre les Français libres en Angleterre. Lui qui n’a pas 17 ans, il s’accroche, veut prouver qu’il est un homme. Ils ne sont que 177 Français ce 6 juin 1944 aux côtés de 150 000 Américains, Anglais et Canadiens. Mais, ce jour-là, ils sont toute la France.

Pineau Frédéric, Femmes en Guerre 1940-1946, Éditions ETAI, 2013.

Jeunes et moins jeunes, vétéranes de la Grande Guerre ou des luttes féministes de l’entre-deux-guerres vont alors faire connaissance avec une guerre d’un genre nouveau, avec le danger et la mort. Pour les plus jeunes ce sera parfois le moyen de quitter le cocon familial ; pour d’autres, plus âgées, une façon de donner un sens à leur vie. Cette guerre des femmes ne ressemble qu’en partie à celle des hommes, mais elle ne leur donne pas toujours les mêmes droits dans la souffrance.

Brouri Brouri, Saisons de guerre ou journal d’un conscrit colonial en 1917, Editions Baudelaire, 2013

Dans ce texte dense et acéré, Malik Brouri décrit, par le biais d’un journal imaginaire, le quotidien d’un soldat français des troupes coloniales engagées dans la grande bataille du Chemin des Dames, entre l’Aisne et la Marne. Ayant laissé derrière lui la douceur de Philippeville, sa patrie algérienne, le soldat assiste tour à tour aux secousses révolutionnaires de l’année 1917 sur le front et à cette bataille majeure de l’histoire de France, sans cesse ballotté entre horreurs de la guerre et un profond ennui.

René Estienne (dir), Les compagnies des Indes, Gallimard, Ministère de la Défense- DMPA, 2013.

En 1664, Louis XIV et Colbert créent sous monopole d’État la Compagnie des Indes orientales pour procurer au royaume de France des marchandises que l’Europe est bien en peine de produire. Son histoire mouvementée se perpétue jusqu’à la Révolution sous diverses formes, statuts et appellations. Des cargaisons débarquent au port de Lorient où, vendues aux enchères, elles viennent satisfaire le gout du luxe des élites puis diffuser dans toutes les couches de la société un nouvel art de vivre

Design : www.graphipro.com | Développement : equity