Memoire Combattantes

Bibliographie

Catherine Coquery-Vidrovitch, Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique du XIXe au XXe siècle, Paris, La Découverte, 2013.

De la veille de la colonisation à nos jours, la condition féminine en Afrique noire a connu d’extraordinaires mutations, à des rythmes différents d’un point à l’autre du continent, du Sénégal à l’Afrique du Sud et du Kenya au Congo. Dans ce monde où modes de vie anciens et nouveaux se côtoient et se mêlent, la vie, le rôle et les activités des femmes offrent un éventail de situations extrêmement diversifiées.

Ann Laura Stoler, La chair de l’empire. Savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, Paris, La Découverte, 2013.

« L’homme reste homme tant qu’il est sous le regard d’une femme de sa race. » Dans les colonies, cette phrase n’a rien d’un paisible constat. Comme le démontre l’auteure, c’est une injonction qui trahit une inquiétude, inséparablement raciale et sexuelle, sur l’ordre du monde colonial. Du ventre des maîtresses au sein des nourrices, l’Empire est en effet obsédé par la police de l’intimité.

Achille Mbembe, Critique de la raison nègre, Paris, La Découverte, coll. Cahiers libres, 2013.

Lauréat du Prix Fetkann catégorie mémoire en 2013, l’ouvrage engage une réflexion critique indispensable pour répondre à la principale question sur le monde de notre temps : comment penser la différence et la vie, le semblable et le dissemblable ?

Mathieu Trachman, Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, Paris, La Découverte, 2013.

Faisant le marché des fantasmes, mobilisant les désirs des actrices et des acteurs, reposant sur des formes spécifiques d’exploitation, le monde de la pornographie permet de saisir certaines évolutions contemporaines du capitalisme, et leurs articulations avec les rapports de genre et de sexualité.

Léonora Miano, Écrits pour la parole, Paris, L'Arche éditeur, 2012.

Lauréat du Prix Seligmann 2012, ce premier texte pour le théâtre est consacré à la présence noire dans la France d’aujourd’hui. En partant d’une série d’histoires personnelles, l’auteure nous plonge dans l’intimité de ces personnages afropéens et rapporte les tribulations de femmes noires et françaises en quête de justice, d’égalité et d’amour.

Pascal Blanchard, Nanette Soep, Gilles Boëtsch, Exhibitions. L'invention du sauvage, Arles/Paris, Actes Sud/Musée du quai Branly, 2011.

Divertissement, voyeurisme, démonstration scientifique ? Grâce à un travail d’archives inédit, l’ouvrage collectif met en lumière le succès des exhibitions humaines, du XVIe siècle au milieu du XXe siècle, véritable miroir de la perception de l’« Autre » dans les sociétés occidentales.

Pascal Blanchard (dir.), La France noire. Trois siècles de présences, Paris, La Découverte, 2011.

À l’image de Black Britain (2007) de Paul Gilroy, de Paris Noir (Hazan, 2001) ou de Black Paris (2007), ce livre est une référence unique sur trois siècles de présence des Noirs en France, issus de toutes les communautés et des quatre coins du monde, pour trois siècles d’histoire commune.

Patrick Minder, La Suisse coloniale. Les représentations de l’Afrique et des Africains en Suisse au temps de colonies (1880-1939), Berne, Peter Lang/ AG/Internationaler Verlag Der Wissenschaften, 2011.

L’analyse du discours colonial informe sur la perception des Africains en Suisse. Cette étude témoigne de l’imprégnation d’une mentalité coloniale au cœur d’un pays a priori peu concerné par l’impérialisme, faute de posséder des colonies.

Arlette Gautier, Les Sœurs de Solitude. Les femmes esclaves aux Antilles françaises du XVIIe au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2010.

L’esclavage aux Antilles connaît une division sexuelle du travail : aux esclaves hommes, la technique, les outils voire les armes, aux esclaves femmes, la fonction de reproduction et les travaux peu qualifiants. Une histoire qui propose d’expliquer la construction des mécanismes sociaux actuels.

Christine de Gemeaux, Empires et colonies. L’Allemagne du Saint-Empire au deuil postcolonial, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2010.

L’auteure se penche ici sur l’histoire coloniale allemande, retraçant la généalogie de ses volontés expansionnistes et mettant en lumière les spécificités d’un empire colonial peu étudié.

Design : www.graphipro.com | Développement : equity