FILMS

Alphonse HALIMI raconté par Bernard Montiel

Biographie

Le 12 novembre 2006, Alphonse Halimi, un des plus grands boxeurs français, s’éteint des suites d’une longue maladie. Celui que l’on surnommait « la petite terreur » naît le 18 février 1932 au sein de la communauté juive de Constantine, en Algérie. Adepte des combats de rue, il se taille une solide réputation au sein des bandes d’adolescents du Constantinois. Très tôt il s’identifie à son modèle, le champion pied-noir Marcel Cerdan. Tailleur de formation et membre d’une fratrie de dix enfants, Alphonse Halimi se distingue rapidement par son éclectisme sportif : il n’est pas seulement un excellent boxeur mais aussi un nageur émérite. Sa détermination et ses talents de boxeur ne passent pas inaperçus. Très vite, il rejoint la métropole où il remporte successivement trois titres de champion de France chez les poids coqs : en 1953, 1954 et 1955.

Il passe rapidement professionnel et c’est sous la férule de celui qu’il appelle « Monsieur Filippi », son entraîneur, qu’il va entrer dans la légende. Le 1er avril 1957, au Vel’ d’Hiv’ de Paris, il bat aux points l’Italien Mario d’Agata, s’adjugeant ainsi le titre de champion du monde en poids coq. Dans la foulée, le 6 novembre 1957 au Wrigley Field de Los Angeles, c’est l’Américain Raul « el Ratón » Macias qui fait les frais de « la petite terreur ». Devant plus 20 000 spectateurs hystériques, Alphonse Halimi remporte le titre unifié des poids coqs. La France attendra 32 ans pour voir un boxeur national réaliser de nouveau un tel exploit. À la fin des années 1950, alors qu’il est à l’apogée de sa carrière, Alphonse Halimi chute. Il est défait en 1959, K.-O. au 8e round, par le Mexicain Jose Becerra.

Au cours des années 1960, il alterne victoires et défaites, tout en étoffant son palmarès par des titres européens en poids coq. Alphonse Halimi en est conscient, le plus gros de sa carrière est derrière lui. Et en dehors du ring, le multiculturel champion d’Europe sait aussi faire vibrer la fibre nationale. Suite à sa victoire sur le Britannique Freddie Gilroy à Londres en 1960, il déclare : « Aujourd’hui j’ai vengé Jeanne d’Arc ! » Il demeure comme l’un des boxeurs français les plus populaires et talentueux de l’histoire du « noble art ».

  • Site de la fédération : http://www.ffboxe.com/
  • Livre : 74, Champion Boxer. Raul Macias, The New York Times, Wednesday, March 25, 2009.

Site internet :



140x140
140x140

(1932-2006) Algérie. Discipline : Boxe

Design : www.graphipro.com | Développement : equity