Expositions

Des noirs dans les Bleus : L’histoire des joueurs afro-antillais, de l’océan Indien guyanais et néo-calédoniens en équipe de France (1930-2014)

« Pourquoi certains ont-ils dit qu’il y avait trop de joueurs noirs en France ? Mais parce qu’il y a trop de blancs racistes. »

Aimé Césaire, Des Noirs en couleur, 2007

Après l’euphorie de la victoire de 1998 d’une équipe « Black-Blanc-Beur », des millions de Français ont été choqués par les propos de certains déclarant qu’il y aurait « trop de Noirs en équipe de France » ou que cette équipe « Black-Black-Black » ferait rire toute l’Europe. Pour leur répondre, l’Histoire nous a semblé la meilleure des options. Une histoire qui traverse le siècle. Elle raconte la saga des 89 joueurs afro-antillais, guyanais, malgaches, mauriciens, réunionnais et néo-calédoniens en équipe de France qui, depuis 1931, ont conduit par deux fois à la victoire en Europe (1984 et 2000), une fois à la conquête du titre mondial (1998) et une fois à celle du titre olympique (1984). Cette histoire raconte aussi celle des « populations noires » en France, le regard porté sur ces dernières, l’histoire coloniale, l’histoire des immigrations, l’histoire des stéréotypes, mais aussi l’histoire des outre-mers et celle du combat pour l’égalité de tous.

La France s’inscrit dans une longue tradition d’immigration, dont l’équipe de France est un reflet emblématique. Mettre en perspective l’histoire de ces immigrations intra-européennes et outre-mers au travers des vagues migratoires successives (Italiens, Polonais, Espagnols, Maghrébins, Antillais, Africains…) permet de retracer plus de 80 ans d’histoire de l’équipe de France, mais aussi l’histoire contemporaine de notre pays. En 2011, le scandale des quotas, que la FFF aurait voulu instaurer, déclenche un débat autour de la présence des beurs et blacks au sein de l’équipe de France.

 


Photos
Design : www.graphipro.com | Développement : equity