FILMS

Roger WALKOWIAK raconté par Charles Berling

Biographie

Enfant du mariage entre un travailleur immigré polonais et une Française, Roger Walkowiak est né en 1927 à Montluçon. Son destin d’ouvrier est tout tracé pour sa famille : abandonnant l’école, il devient apprenti-tourneur. Mais Roger se passionne pour le cyclisme. En 1943, il intègre le club de l’EDS Montluçon avec lequel il s’illustre au niveau local dans le contexte tourmenté de la fin de la guerre. En 1948, alors qu’il vient d’être engagé comme mécanicien chez un marchand de cycles, ses performances deviennent à tel point remarquables qu’il obtient un contrat professionnel. Une première victoire pour un fils d’immigré. Athlète au beau gabarit, il s’illustre au sein de plusieurs équipes (notamment Peugeot et Saint Raphaël-Géminiani) et dans plusieurs courses. Toutefois ses résultats en dents de scie ne lui permettent pas d’être sélectionné pour l’épreuve-reine qu’est le Tour de France.

Sa première participation à la Grande Boucle sera la bonne ! Lors du Tour 1956, profitant de l’absence ou de la défaillance des favoris tels Louis Bobet, Fausto Coppi, Hugo Koblet ou Ferdi Kübler, autant que de sa forme éclatante, Roger Walkoviak crée une énorme surprise. Sous les couleurs de l’équipe de France, il s’illustre et parvient à force de courage et d’efforts à distancer les Charly Gaul, Federico Bahamontes et autre Gilbert Bauvin pour remporter au Parc des Princes la 43e édition du Tour de France. À près de 30 ans, Walkoviak devient « Walko », une vedette populaire, adulée du public. Mais sa célébrité ne dure pas et, très vite, il se fait plus discret. S’il participe encore aux éditions de 1957 et 1958, il se cantonne désormais au rôle d’équipier d’une étoile montante de l’équipe de France, un certain Jacques Anquetil.

En 1962, sa carrière terminée, Roger Walkoviak est amer. Il souffre des sarcasmes qui lui collent à la peau : pour certains, « un tour à la Walko » serait un tour gagné par chance, presque par hasard. « Walko » retrouve alors son métier de tourneur qu’il exerce jusqu’à sa retraite : la parenthèse de 15 ans de cyclisme professionnel est refermée. Son nom définitivement gravé au panthéon de la Grande Boucle, un ouvrage sur sa carrière, publié en 1995, rendra définitivement hommage à ce champion.

  • Site de la fédération : http://www.ffc.fr/
  • Livre : Roger Walkowiak : Le maillot jaune assassiné, de Jean-Paul Ollivier, Glénat,‎ avril 1995.

Site internet :



140x140
140x140

(né en 1927) Pologne. Discipline : Cyclisme

Design : www.graphipro.com | Développement : equity