Memoire Combattantes

Expositions

Près de trois siècles de présences asiatiques et du Pacifique dans l’armée française (1737-2014)

« Ils n’étaient pas les “petits hommes jaunes”, les auxiliaires dissimulés de la légende répandue par les “spécialistes” dont beaucoup n’avaient jamais quitté leur bureau ni abandonné leurs idées toutes faites. »

Chef de bataillon (ER) Raymond Muelle, 1999

Dans le cadre des commémorations du 100e anniversaire de la Première Guerre mondiale (1914-1918) et du 70anniversaire de la Libération du territoire français (1944-1945), cette exposition est l’occasion de revenir sur une histoire qui semble en partie oubliée : celle de l’ensemble des hommes venus d’Asie et du Pacifique, qu’ils soient Chinois, Indochinois (Vietnamiens, Laotiens, Cambodgiens), Tibétains, Indous, Polynésiens, Wallisiens ou Néo-Calédoniens venus combattre ou travailler sur le territoire français lors des deux conflits mondiaux. Dès 1737, et l’établissement des premiers comptoirs français en Inde, puis avec la conquête par étapes de la Polynésie et de la future Indochine (Annam, Tonkin, Cochinchine, Cambodge…), des milliers de supplétifs et tirailleurs « indigènes » sont recrutés dans l’armée française. Les unités de tirailleurs indochinois, constituées d’« Annamites » et de « Tonkinois », mais aussi de Laotiens et de Cambodgiens, sont créées au fur et à mesure de l’expansion coloniale de la France.

Ces unités vont jouer un rôle important dans la défense du territoire français au cours des deux conflits mondiaux et de la décolonisation, aux côtés des troupes venues des anciennes colonies du Maghreb, d’Afrique, de l’océan Indien, des Antilles-Guyane, de Polynésie et de Nouvelle-Calédonie. Cette exposition est le fruit d’un travail collectif, effectué dans le cadre d’un programme de recherche inédit sur la diversité affichée par l’armée française dans les différents conflits du XXe siècle, en lien avec la longue histoire coloniale de la France. Ce projet s’organise en parallèle de la diffusion sur France Télévisions de la série de films événements retraçant à travers une cinquantaine de portraits de combattants, la diversité géographique du recrutement dans l’armée française.

Cette exposition évoque les combattants vietnamiens, cambodgiens et laotiens, les volontaires tahitiens et calédoniens, ceux venus des comptoirs des Indes ; mais aussi les travailleurs chinois et indochinois recrutés pour l’industrie de guerre française durant les deux grands conflits mondiaux, ainsi que les troupes indiennes et népalaises de l’Empire britannique venus combattre sur le territoire métropolitain. Longtemps absente de notre mémoire collective, et porteuse de toutes les contradictions et complexités liées à l’histoire coloniale, cette tradition de diversité et de sacrifices tend à ressurgir à l’occasion des commémorations actuelles, et des cérémonies militaires organisées aux mémoriaux comme ceux érigés dans le Jardin tropical de Nogent en hommage aux combattants d’Asie. Scrutant les mémoires au-delà des clichés et initiant une démarche de transmission des savoirs aux jeunes générations, ce programme conforte au-delà des cercles militaires une histoire en partage, contribuant à dénouer la complexité du passé colonial.

 


Photos
1
db398d_62336110d63c4c0f8c70eb2e4d9632f5
2
Design : www.graphipro.com | Développement : equity