FILMS

Zoos humains. De la vénus hottentote aux reality shows

  • Auteurs : La Découverte, collection « texte à l'appui/ Histoire contemporaine” (avec le Groupe de recherche Achac)
  • Editeur/partenaire : La Découverte, collection « texte à l'appui/ Histoire contemporaine” (avec le Groupe de recherche Achac)
  • Date : 2002
  • Lire : http://online.fliphtml5.com/tmem/wjit/
<i>Zoos humains. De la vénus hottentote aux reality shows</i>

Les « zoos humains », symboles oubliés de l’époque coloniale, ont été totalement refoulés de notre mémoire collective. Ces exhibitions de l’exotique ont pourtant été, en Occident, une étape majeure du passage progressif d’un racisme scientifique à un racisme populaire. Depuis l’exhibition en Europe de la Vénus hottentote au début du XIXe siècle, elles ont touché, comme on le découvrira dans ce livre remarquablement documenté, des millions de spectateurs, de Paris à Hambourg, de Londres à New York, de Moscou à Porto. Dans ces exhibitions « anthropozoologiques », des individus « exotiques » mêlés à des bêtes sauvages étaient mis en scène derrière des grilles ou des enclos. Légitimées par la science, elles constituent la preuve évidente du décalage entre discours et pratique au temps de l’édification des empires. Mesurés par les savants, exploités dans les cabarets, utilisés dans les expositions officielles, ces hommes, ces femmes et ces enfants venus des colonies devenaient les figurants d’un imaginaire et d’une histoire qui n’étaient pas les leurs. Premier ouvrage de synthèse sur la question, rassemblant les meilleurs spécialistes internationaux, Zoos humains met en perspective la « spectacularisation » de l’Autre – dont les reality shows constituent le dernier avatar -, à l’origine de bien des stéréotypes actuels. L’enjeu de cet ouvrage est aussi de comprendre la construction de l’identité occidentale.

Avec la particpation de Benjamin Reiss, Eric Baratay, Rosemarie Guarland-Thomson, Yann Ardagna, William H. Schneider, Hilke Thode Arora,  Raymon Corbey, Roslyn Poignant, Alice Bullard, Joël Dauphiné, etc.


Liens externes :

 

Téléchargement :

L’Autre et Nous. « Scènes et Types »

<i>L’Autre et Nous. « Scènes et Types »</i>

« Scènes et types » fait référence aux multiples séries de cartes postales qui invitaient les européens, tout au long de la période coloniale, à regarder la « différence ». Elles incitaient au rêve, souvent au sourire, rarement à l’indignation. Quels rapports ces milliers d’images ont-elles entretenus avec la réalité, la fiction la fabulation ou le symbole ? Des images qui, plus encore que les textes, ont façonné notre perception de l’Autre. Elles ont souvent été à la source des discours savants, politiques et racistes de ces deux derniers siècles, renvoyant directement à une hiérarchisation des « races » et au système de valeurs de l’Occident. Ce livre est un voyage dans la signification des images, nous conduisant derrière le miroir colonial pour appréhender le réel et compte comment on a déshumanisé l’Autre.

Avec la participation de Jean Benoist, Philippe Dewritte, Panivong Dewritte, Malek Chebel, Gilbert Beaugé, Gilles Boëtsch, Jean Robert Henry, Chantal Valensky, Xavier Péron, Eric Savarese, Olivier Dutour, Robert Aquaron, Luc Kandem, Hubert Gerbeau, Sophie Blanchy, Jacques Weber, Jacques Pierre Jardel, Elisabeth Dufourcq, Yann Firmin Herriou, Christiane Pasquel Rageau, Pierre Fournié, Benoit Coutancier, Christine Barthe, Gerard Collomb, Catherine Hodeir, Patrick Boulanger, Joël Dauphiné, Martine Van Woerkens, Nicole Foucher, Abd El Kader Benali, etc.


L’invention de la race. Des représentations scientifiques aux exhibitions populaires

  • Auteurs : Nicolas Bancel, Dominic Thomas et Thomas David
  • Editeur/partenaire : La Découverte
  • Date : 2014
<i>L’invention de la race. Des représentations scientifiques aux exhibitions populaires</i>

Comment est né le concept de « race » ? Pourquoi est-il devenu si rapidement hiérarchique, distinguant les « races inférieures » des « races supérieures » ? Et comment ce concept a-t-il pu revêtir une telle importance, aussi bien au sein de la communauté scientifique qu’auprès du grand public, au cours du XIXe siècle et du début du XXe, jusqu’à être utilisé pour expliquer l’histoire et le devenir de l’humanité ? L’Invention de la race analyse la genèse des conceptions scientifiques de la « race », et montre que les nouvelles techniques de mesure et de représentation des corps racialisés opèrent une révolution visuelle majeure, inscrivant la différence humaine dans la biologie. Cet ouvrage avance qu’à partir d’une origine européenne l’idée de race s’est étendue – par les connexions transnationales de réseaux scientifiques et marchands – à tout l’Occident, mais aussi au Japon, à la Corée et à une partie de la Chine. Partout, elle suscite représentations et politiques raciales discriminatoires. L’ouvrage montre aussi que les théories sur les hiérarchies raciales ont influencé les spectacles ethniques (dont les zoos humains), les expositions internationales et coloniales, la photographie ou les collections ethnographiques qui ont largement contribué à forger une vision du monde fondée sur l’inégalité des races.


Liens externes :
Design : www.graphipro.com | Développement : equity