Memoire Combattantes

Evénements

Les nouveaux territoires de la sexualité postcoloniale (p183-193)

Jean-François Staszak et Christelle Taraud analysent ici, les évolutions du tourisme sexuel en contexte postcolonial, l’émergence des Beach Boys, et des réseaux de prostitutions immigrées.

« Spectacle ethnographique, pornographie exotique et propagande » (p.407-418)

Par Nicolas Bancel et Pascal Blanchard, historiens, spécialistes du “fait colonial”, codirecteurs du Groupe de recherche Achac qui analysent ici, le rôle des exhibitions ethniques, ses ascendances et son évolution dans la construction d’un imaginaire collectif français.

« Les travailleurs immigrés au prisme des sexualités en France (1962-1983) » (p.173-181)

Par Yvan Gastaut, historien, maître de conférences à l’Université Côte d’Azur et membre du laboratoire Unité de Recherche Migrations et Société (URMIS) qui analyse ici, la dimension sexuelle ou « sexualisante » de « l’homme arabe » tel que le donne à voir les médias ou la production filmique depuis l’indépendance d’Algérie à 1983.

« La place des femmes dans les rivalités coloniales et postcoloniales entre les deux rives de la Méditerranée » (p 85-93)

Par Sophie Bessis, historienne, chercheuse associée à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) qui analyse ici, le rôle immuable des femmes dans l’instrumentalisation et la permanence d’un imaginaire racial et sexuel postcolonial.

« Les danseuses du ventre en France au XXe siècle » (p.77-84)

Par Naïma Yahi qui retrace, ici, l’histoire de celles qui incarneront l’orientale, personnifications vivantes du fantasme dans la France du XIXe siècle et du XXe siècle.

« Hygiène coloniale, sexualités et métissages » (p 281-291)

Par Olivier Le Cour Grandmaison qui analyse, ici, le rôle de l’hygiène en contexte coloniale, son enseignement et les préjugés raciaux à l’œuvre dans l’exercice pratique.

« Sexe interracial sur le web » (p.107-116)

Par Bernard Andrieu qui analyse, ici, les dispositifs à l’œuvre dans l’univers des films pornographiques en tant qu’inversion des rapports sociaux, des normes identitaires et des genres.

« Fantasmes et érotisations de l’altérité sur les scènes du théâtre et du music-hall. » (p.441-450)

par Nathalie Coutelet qui analyse ici les processus de mise en scène du corps de l’ « Autre » au théâtre et dans l’univers des cabarets français.

Design : www.graphipro.com | Développement : equity