Les témoins du temps et autres traces de Salah Oudahar

 

Diplômé de sciences politiques, Salah Oudahar est poète, metteur en scène et comédien. Il enseigne à l’Université de Tizi-Ouzou jusqu’en 1992, puis il quitte l’Algérie et s’installe à Strasbourg. Il y développe un travail au croisement de la recherche, de la création artistique et de l’action culturelle en y mêlant les questions d’histoire et de mémoire. Il est membre fondateur et directeur artistique du Festival Strasbourg-Méditerranée et également président de la Compagnie Mémoires vives. En août 2021, il publie Les témoins du temps & Autres traces aux Éditions À plus d’un titre. Un résumé subtil de l’ouvrage nous est proposé par Aliocha Wald Lasowski, professeur des universités, essayiste et philosophe, et spécialiste d’André Gide, Jean-Paul Sartre et Édouard Glissant. Ses travaux portent sur les idées contemporaines (Panorama de la pensée d’aujourd’hui, tomes 1 & 2, 2019, Pocket), la musique (Le jeu des ritournelles, 2018, Gallimard), la peinture (Dialogue avec Alain Badiou sur Pierre Soulages, 2019, Cercle d’art) ou le cinéma (Les Cinq secrets de James Bond, 2020, Max Milo).  Il présente, ici, Salah Oudahar comme un poète du souffle et de la pierre, photographe du silence des ruines et de la beauté du vent, qui invite à traverser le temps, dans ce volume à valeur mémorielle réunissant ses poèmes et ses photographies. À travers cet ouvrage poétique, Salah Oudahar nous plonge dans le récit de son passé, nous y raconte ses souvenirs, parfois douloureux ou heureux, ses émotions…

 

Hantés par ce qui demeure et ce qui disparaît, du souvenir de l’enfance à la violence de la guerre, les vers libres du recueil, que ponctuent le battement du rythme et la douceur des images, s’offrent à la découverte de paysages insolites, présents à notre monde ou enfouis dans le passé : « Je suis reparti sur les traces de mon enfance / Ces lieux en ruines abandonnés / Qui portent encore les blessures / Et les souffrances de la guerre », écrit Salah Oudahar, en ouverture du poème « Mémoire. »

 

À travers la solitude et le rêve, l’amour et la famille, l’espoir et l’exil, l’errance et le détour, le chant et la danse, la poésie du directeur du Festival Strasbourg-Méditerranée offre une déambulation intime et sensible. « Fleur d’enfance / Parfum d’oubli », nous dit le poème « Cette inconnue ». Le bonheur, à l’horizon du tragique, est revisité par les lieux poétiques : le cap Tédlès, Tizi-Ouzou, Tipaza, Tigzirt, village en Kabylie maritime, mais aussi la Piazza Venezia à Rome, Florence, les ponts de l’Arno, le Ponté Vecchio ou le Santa Trinita. Ici, s’enchevêtrent les empreintes de l’histoire, là, se redécouvrent les émotions personnelles, plus loin encore s’offrent des perceptions singulières.

 

Des Antilles à l’Algérie, de Frantz Fanon à Kateb Yacine, en passant par René Char, Albert Camus ou Arthur Rimbaud, Les témoins du temps & Autres traces est un ensemble poétique qui ouvre à la démesure de la houle, qui suit le mouvement incessant du flux et du ressac. Poète, Salah Oudahar n’accorde son privilège qu’aux liens de la langue et au partage des histoires, des récits qui s’entêtent en nous, comme résistance à l’oppression. « Mon pays, c’est la langue », écrit-il.

 

Sa poétique des ruines et du temps est également celle des hommes et de leur destin. Les souvenirs historiques sont aussi des événements personnels. L’émotion à fleur de mots : Salah Oudahar rend hommage à son frère et aussi à son fils, Rabah, qui porte le même nom que son oncle : « Mon frère, Rabah », écrit le poète, « Qui a pris le chemin de la liberté, le maquis, à 17 ans. / Puis, capturé, torturé, exécuté. En décembre 1961. » Les tourments intérieurs du poète sont aussi les nôtres. Nous partageons avec lui les identités lointaines et récentes : « Phéniciens Romains Vandales Byzantins Arabes Turcs Français ».

 

Instants du voyage, explorations soudaines. Imprégnations du monde, dans sa beauté et ses délices, dans ses tourments et ses noirceurs. C’est que la complexité sensible attend d’être interprétée, déchiffrée par le poème, comme dans « La colombe », « Vagues » ou « Ce qui demeure ». Et la vérité peut se dissimuler dans l’intensité d’un désert blanc de soleil, dans une minime sensation de fraîcheur, ou dans ces vers : « La lanterne du poète / Les traces de pas / L’ivresse du chemin »

 

À chaque fois, la nouveauté d’une présence, malgré le passé douloureux. Sensible aux bruissements, chuchotements et entrelacements des empreintes de l’histoire, le poète écrit pour les survivants des guerres, les naufragés du temps. Parce qu’il sait aussi écouter « le rire du vent » ou l’agitation d’un oiseau sur le port, Salah Oudahar nous offre une poésie qui relie les noms et les langues, les paysages et les mémoires, les pays perdus et les pays rêvés.

 

En savoir plus : https://www.aplusduntitre.org/Site_EDITIONS_VERSION_OK/LES_TEMOINS_DU_TEMPS.html