De la Prusse à l'Afrique

 

Paru le 6 janvier 2022 aux Presses universitaires François-Rabelais, l’ouvrage De la Prusse à L’Afrique. Le colonialisme allemand met en lumière l'évolution du discours et de la pratique de la germanisation et de la colonisation. L’auteure, Christine de Gemeaux, professeure émérite de civilisation et d’histoire des idées allemandes à l’Université de Tours, mène une réflexion sur l’histoire postcoloniale et l’actualité, et propose avec cet ouvrage une alternative originale à la recherche mainstream en introduisant des perspectives rhétoriques et genrées. Elle évoque des notions d’espace européen, de reconnaissance postcoloniale, de softpower et de « transimpérialité » qui éclairent à la fois le passé et les enjeux du présent, du XIXe siècle à nos jours. 

 

Le passé colonial de l’Allemagne est mal connu en France, hormis à travers l’évocation du génocide des Hereros et des Namas (1904-1908) dans le Sud-Ouest africain, l’actuelle Namibie. Pour le comprendre, De la Prusse à l’Afrique. Le colonialisme allemand développe une perspective élargie en revisitant l’histoire allemande des XIXe, XXe et XXIe siècles. Il commence par interroger la naissance d’un discours radical en Prusse, en réaction à la puissance de la Révolution française, puis met au jour le fort développement nationaliste du dernier quart du XIXe siècle, avec l’affirmation d’un colonialisme allemand à la fois continental (en Europe : Pologne, Alsace-Moselle, etc.) et ultramarin (en Afrique notamment : Sud-Ouest, Togo, Cameroun, Afrique orientale allemande). Son effondrement à la Grande guerre signifie-t-il pour autant la disparition de l’Allemagne de la scène africaine actuelle ?   

 

À partir de nouveaux éclairages, ceux de véritables think tanks avant la lettre – les cercles d’influence berlinois, durant la première moitié du XIXe siècle – et ceux de femmes allemandes aux colonies dès 1890, ce livre étudie l’élaboration d’un discours anti-« Autre » : anti-français, anti-juif, anti-femmes, etc., puis la politique de germanisation-colonisation de l’Europe centrale et nord-orientale, en miroir avec celle de l’Afrique à la même époque. Il en montre les similitudes. Longtemps resté un angle mort de la recherche sur l’Allemagne, le fait colonial ultramarin allemand prend ici toute son importance. 

 

La colonisation du Togo, du Cameroun, de l’Afrique orientale et de l’Afrique du Sud-Ouest illustre la globalité́ d’une affirmation identitaire dangereuse et d’une politique de puissance au profit de la métropole. Les témoignages d’Allemandes installées aux colonies africaines offrent un regard décentré sur ces questions. La relecture critique de leurs écrits fait apparaitre tout un contexte idéologique et la convergence entre la politique pratiquée en Europe et en outre-mer, à divers degrés. 

 

La réflexion débouche sur l’histoire et l’actualité́ postcoloniale allemandes, avec les notions d’espace européen, de « transimpérialité », de reconnaissance postcoloniale et de softpower. Ainsi sont éclairés tant le passé que le présent de la dynamique allemande à l’international. Ce livre propose une alternative originale à la recherche mainstream sur le colonialisme allemand.