Zoos humains. L’invention du sauvage à La Cité Miroir à Liège

Pascal Blanchard, historien, chercheur au Laboratoire communication et politique CNRS Irisso, à l’Université Paris-Dauphine, codirecteur notamment de l’ouvrage Exhibitions. L’invention du Sauvage (Actes Sud/Musée du Quai Branly, 2011), Zoos humains (La Découvert, 2004)...

Il présente avec le Groupe de recherche Achac en partenariat avec la Fondation Lilian Thuram. Éducation contre le racisme et le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège asbl et à l’asbl MNEMA l’exposition Zoos Humains. L’invention du sauvage à La Cité Miroir, espace culturel et citoyen à Liège en Belgique. L’exposition développe cette histoire oubliée, à la croisée des histoires coloniales, de la science, du racisme et du monde du spectacle, celle des « zoos humains » et comprend un volet spécifiquement belge.

            Zoos Humains. L’invention du sauvage raconte l’histoire de femmes, d’hommes et d’enfants, venus d’Asie, d’Afrique, d’Océanie, des Amériques et parfois d’Europe, exhibés en Occident et ailleurs, dans des ethnic shows et des expositions universelles et coloniales. L’Europe, l’Amérique et le Japon vont, pendant près de cinq siècles (1490-1960), les exhiber comme de prétendus « sauvages ». C’est un immense « spectacle », avec ses figurants, ses décors, ses impresarios, ses drames et ses récits. C’est aussi une histoire oubliée, à la croisée des histoires coloniales, de la science, du racisme et de celle du monde du spectacle et des expositions universelles… L’Occident recrute aux quatre coins du monde de nouvelles troupes - familles ou artistes - certaines de force, la plupart par contrat. L’exhibition de groupes humains à une telle échelle demeure une pratique propre aux Occidentaux et aux nations coloniales.

            Durant plus de cinq siècles, 1,4 milliards de visiteurs découvrent ces prétendus « sauvages » et plusieurs millions de Belges assistent à ces exhibitions de 1885 à 1958. Pour la première fois en Belgique, est présentée l’exposition Zoos humains. L’invention du sauvage créée à l’initiative du Groupe de recherche Achac en partenariat avec la Fondation Lilian Thuram. Éducation contre le racisme. En présentant cette exposition à La Cité Miroir, ancienne piscine Art déco à l’architecture impressionnante, le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège asbl et l’asbl MNEMA souhaitent mettre en lumière cette réalité historique et permettre une réflexion sur l’héritage dans le présent, lié à ce passé qui a touché toute l’Europe, et particulièrement la France, l’Allemagne et la Belgique. La présence de cette exposition sur ce lieu est née d’une volonté d’interagir avec le public sur les origines et les mécanismes de construction des discriminations et des stéréotypes, plus de cent dix ans après la première Exposition universelle organisée à Liège en 1905.

            L’exposition s’est enrichie et a totalement été renouvelée depuis sa création en 2012 à Paris, avec des documents inédits sur l’histoire des exhibitions en Belgique et en Europe à travers un parcours de plus de 330 documents inédits et originaux dont des affiches, des photographies, des cartes postales, de la presse ainsi que des objets. Cette exposition s’attache à s’ouvrir à la diversité linguistique de la province de Liège en proposant tous les textes en trois langues (néerlandais, français et allemand). Elle a déjà été présentée en France hexagonale - à Paris, Amiens, Aix-en-Provence, Nantes, Poitiers et à Rouen - en Martinique, en Guyane, aux États-Unis (Californie), en Côte d’Ivoire et en Allemagne... sous une forme plus légère.

            Désormais, l’exposition présentée à Liège sera itinérante à travers le monde, notamment en Allemagne, en Autriche, en Suisse, au Japon, en Corée, en Espagne, aux États-Unis et au Canada, sous une forme à chaque fois adaptée aux villes et pays de l’itinérance. Elle sera accompagnée par un catalogue spécifique à chaque ville à l’image de celui qui vient d’être édité à Liège, regroupant les contributions de plusieurs personnalités et spécialistes parmi lesquels Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Nanette Jacomijn Snoep, Pascal Blanchard, Anne Cornet, Marc Poncelet, Maarteen Couttenier, Clemens Radauer, Fanny Robles...

            De plus, le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège met en place des visites autour d’une approche critique et citoyenne du phénomène et dans une perspective d’éducation aux droits humains ; l’asbl Art&fact, association d’historiens de l’art de l’Université de Liège, propose quant à elle des visites à l’approche plus historique, anthropologique et artistique. Autour de l’exposition, plusieurs évènements sont organisés tels que des conférences sur les questions des stéréotypes et des zoos humains, des projections de films et de documentaires ainsi que l’organisation d’un parcours pédagogique « À la recherche de Raymond Hacisme : la représentation du sauvage au cinéma ».

            Quinze ans après son colloque inaugural à Marseille en 2001, le programme « Zoos humains » amorce un nouveau cycle avec cette exposition itinérante, et un film pour Arte dont le tournage vient de débuter cette semaine, Sauvage. Au cœur des zoos humains au Museum de Rouen.

 

En savoir plus :

http://www.achac.com/blogs